Mes démarches de perte de poids et de préparation à l’anneau gastrique, semaines 9 à 12

Mardi de cette semaine qui vient juste de se terminer, j’ai obtenu ma deuxième rencontre avec mon futur chirurgien gastrique, Dr. Pierre Leclerc, à l’Hôtel-Dieu du CHUM. Il m’a révélé, au cours d’une pesée, que j’avais perdu 10 lb au total, passant de 346 lb à 336 lb. C’est un bel effort obtenu en 3 mois (depuis ma première rencontre avec lui le 26 août dernier), compte tenu de mes difficultés à changer mes vieilles habitudes alimentaires et à intégrer l’exercice dans ma vie quotidienne… Là ou le bat blesse, c’est à propos de mon tour de taille: il n’a pas changé d’un iota, demeurant à 146 cm. À partir de ce constat, je me dois de faire un mini-bilan de mes habitudes alimentaires et de mon activité physique à ce moment de mon parcours…

Premièrement, concernant mes mœurs dans mon alimentation, je constate que je fais bien des efforts pour ne pas manger régulièrement de la malbouffe et des aliments sucrés. En effet, il ne m’est pas facile de résister aux envies de sucreries (chocolat et biscuits, entre autres) qui m’assaillent parfois en soirée lorsque je me retrouve devant mon écran de télé ou bien devant mon ordinateur. À l’instar de mes envies de sucre, je me dis que ce serait tellement plus rapide de me cuire un repas congelé ou de la malbouffe (genre Pizza Pochettes ou Pogos) ou encore de préparer un repas que ma mère m’aurait cuisiné que de me préparer à manger. Ce que je trouve long dans le processus n’est pas tant le temps de cuisson, mais le temps de préparation: couper les légumes, sortir tous les ingrédients, préparer la viande, etc. Surtout que je me retrouve seul en semaine pour souper, ce qui n’est pas encourageant pour ce qui est de cuisiner pour soi. De plus, puisque je me lève à des heures impossibles durant la semaine parce que je me couche très tard, je ne prends encore que deux repas par jour, soit un déjeuner/dîner et un souper. Ça m’amène à vouloir aussi manger en soirée, car la faim me taraude quelques heures après avoir soupé… Et dernière chose: calculer ce que j’ingère quotidiennement est un exercice auquel je ne m’adonne pas, car j’ai peur que, si je le fais, je voie que ce que je dois ingérer ne soit pas assez pour que je me sente comblé… Définitivement, je me dois de continuer à poursuivre mes efforts pour corriger mon alimentation et faire des choix sains, car je sens que je pourrais facilement basculer vers mes bonnes vieilles habitudes alimentaires qui ne sont pas bonnes pour ma santé; cela inclut aussi me coucher et me lever à des heures plus décentes…

En ce qui concerne mon activité physique, je fais des efforts, mais ceux-ci me demandent beaucoup de motivation, chose que je n’ai pas toujours. De fait, depuis ces dernières semaines, je manque d’assiduité aux sessions d’exercice que je me suis fixé il y a de ça un mois: les sessions de danse aérobique les lundis, mes cours de ninjutsu les mercredis et ma session de piscine avec un ami les vendredis. Je me dis souvent que ça ne me tente pas et, par la suite, je me sens coupable de ne pas avoir été à mes séances même si c’est moi qui décide, au fond… Souvent, je préfère le confort de mon chez-moi et, ainsi, rester à la maison devant la télévision ou mon ordinateur au lieu de me bouger les fesses pour aller faire mes sessions d’exercice. Même aller prendre une marche ne me tente pas souvent, et ce, pour les mêmes raisons. Également, à part le ninjutsu (qui est difficile à apprendre, à mon avis) ainsi que la marche et la natation, je n’ai pas encore trouvé un sport ou une activité physique qui me contente et me donne envie de me mettre en forme au quotidien. J’en ai essayé quelques uns dont la danse aérobique (dont je ne renouvellerai pas l’expérience) et l’entraînement à la gym (je fus abonné au Énergie Cardio du Village de 2006 à 2008 avant que je décroche de la gym), mais aucun d’entre eux m’a donné le goût de m’investir physiquement à long terme. Également, je voudrais tellement faire de l’activité physique avec des amis, mais ceux que j’ai ne semblent pas réceptifs à cela… Par conséquent, je me demande si je ne suis pas condamné à manquer éternellement de motivation ou bien à chercher le sport ou l’activité physique qui me donnera envie d’être en forme et d’investir sur ma santé. En somme, la route est longue et pavés d’embûches sur le chemin de la mise en forme, embûches qui menacent à tout instant de me faire revenir à mon mode de sédentarité totale et ainsi renoncer à mes efforts pour perdre du poids…

Bref, cette réflexion, où j’ai surtout mis de l’avant mes travers dans mon cheminement vers la modification permanente de mon mode de vie, est très pertinente puisque je vois que je fais du chemin, mais encore une fois, je le fais sous l’effet de la contrainte. En effet, je me dois de me préparer pour mon opération pour la pose d’un anneau gastrique, et ce, en perdant 15 livres pour montrer. Mon médecin et les spécialistes qui me suivent me mettent aussi en pleine face les problèmes de santé qui sont apparues ces dernières années avec mon obésité (haute pression, fatigue musculaire, problèmes d’apnée légère du sommeil, fatigue générale, etc.). Alors, une cruelle question se pose: suis-je assez motivé pour perdre du poids et devenir mince et en santé pour la première fois dans ma vie?

Publicités

Mes démarches de perte de poids et de préparation à l’anneau gastrique, semaines 5 à 8

Je peux affirmer que ces dernières semaines (semaines du 26 septembre et celles du 3, 10, 17 et 24 octobre) ont été contrastées. En d’autres mots, j’ai oscillé entre une nouvelle perte de poids et ensuite constater que j’en avais repris. Depuis cette semaine, je me suis stabilisé, maintenant mon poids à 335 lb.

Cependant, je crois que je ne gère pas encore correctement mon alimentation puisque, me levant en début d’après-midi, je ne fais que déjeuner/dîner et souper. Entre les repas, j’ai tendance à grignoter, et ce, même si je mange des aliments quand même sains. C’est une manie souvent décriée par les nutritionnistes, et avec raison, car cela peut être source d’autres problèmes d’alimentation sous-jacents comme l’hyperphagie, un trouble ressemblant à la boulimie mais sans les vomissements. Même si je réussis à me contrôler et à prendre des collations relativement santé, je garde cette manie de grignoter.

Pour les variations de mon poids, j’avais réussi à descendre jusqu’à 328 lb dans la semaine du 26 septembre. Toutefois, la semaine suivante, ma mère était en vacances, donc elle a cuisiné de bons petits plats pendant toute la semaine. Connaissant ma gourmandise (ou ma gloutonnerie?) et ma propension à profiter des repas cuisinés par ma mère, je peux dire que j’ai bien mangé. Du même coup, en me pesant à la fin de la semaine, la balance a indiqué 336 lb. Pourtant, j’ai été actif durant cette semaine-là, continuant ma routine d’activité physique hebdomadaire: de la danse aérobique pendant 1h30 les lundis, mon cours de ninjutsu en privé pendant ½ heure les mercredis et de la piscine pendant 1h30 les vendredis avec mon ami Hakim. En somme, je n’ai pas saisi cette prise de poids même si j’admets avoir un brin abusé de la cuisine à ma mère…

Ensuite, pour la semaine du 10 octobre, j’avoue avoir un brin négligé mon alimentation en cuisinant moins et en surveillant moins ce que je mangeais. De plus, j’ai complètement négligé mes 3 séances d’activité physique hebdomadaires. Faut dire que j’avais beaucoup d’autres préoccupations en tête, à commencer par une prise de bec avec deux de mes meilleures amies à propos de la sortie que nous aurions été supposés faire ensemble à Saint-Sauveur pour mon anniversaire. Ce conflit s’est conclu par les célébrations de mon anniversaire en solo dans les Laurentides pendant l’équivalent d’une journée et je me suis réconcilié avec ces deux amies puisqu’il s’agissait d’un malentendu. Le soir de ma fête, au restaurant Papa Luigi à Saint-Sauveur, je n’ai absolument pas fait attention, enchaînant le vin, les pâtes, le pain, le Tia Maria sur lait et glace et un bon morceau de gâteau au chocolat! Par ailleurs, avant de quitter pour les Laurentides, je me suis pesé et la balance a oscillé autour de 338 lb.

Enfin, la semaine dernière, je me suis un peu remis à l’activité physique, faisant de la piscine vendredi passé avec Hakim. Je n’ai pas cuisiné comme tel, mais j’ai fait mon possible pour surveiller ce que je mangeais. Cependant, j’admets volontiers que, pour la semaine qui vient de se terminer, c’était difficile de continuer à résister aux aliments qui me font plaisir et qui ne sont pas nutritifs comme le fast-food, le Pepsi, les pâtisseries et les biscuits au chocolat entre autres. Néanmoins, j’ai tenu le coup…jusqu’à hier soir où j’ai englouti une Reese en barre. Quoi qu’il en soit, je suis tout de même fier de ce que j’ai accompli jusqu’à maintenant au niveau de ce que je mange et comment je mange. Bien sûr, il y a encore place à l’amélioration, mais je m’en sors bien jusqu’à maintenant. La balance me l’a témoigné lorsque je me suis pesé vendredi passé, m’indiquant 335 lb.

Maintenant, mon but ultime est d’apprendre à compter et gérer efficacement les calories que j’absorbe; pour ce faire, j’aurais besoin de l’aide de mon ami Vincent Lachance dont j’ai beaucoup apprécie le commentaire sur mon dernier billet concernant mes démarches de santé. Je me dois également de rester constant dans mes activités physiques. L’anneau gastrique approche à grands pas…

Mes démarches de perte de poids et de préparation à l’anneau gastrique, semaines 3 et 4

Je tourne au ralenti cet temps-ci concernant mes démarches de perte de poids et de préparation à l’opération pour l’anneau gastrique, mais je maigris quand même peu à peu. La semaine prochaine va débuter l’activité physique plus activement.

Vendredi il y a deux semaines, je me suis pesé et mon poids était resté sensiblement pareil à la semaine du 9 septembre: je pesais 338 lb en date du 16. Et vendredi dernier le 23, en me pesant, j’ai constaté que j’avais perdu encore 4 lb, passant ainsi à 334 lb! C’est encourageant, comme quoi surveiller mon alimentation et en cuisinant moi-même porte ses fruits.

Toutefois, mon mode de vie dépareillé (je me lève tard et me couche tard en semaine parce que je ne travaille pas) peut nuit à mes démarches de santé puisque je ne mange pas 3 repas par jour, mais seulement 2 puisque je déjeune-dîne en me levant en début d’après-midi. Par conséquent, je me demande si mes crises d’hyperphagie ne viennent pas en partie du fait qu’il me manque un repas durant la journée. Bref, mon hygiène de vie manque de stabilité durant la semaine. Peut-être qu’en adoptant une discipline de vie plus rigoureuse même en ne travaillant pas m’aidera à mieux contrôler mon appétit durant la journée. Ça pourrait aussi m’aider à me discipliner davantage pour la recherche d’emploi…

Également, je pourrais m’accorder juste un repas où je me laisse complètement aller et où je peux manger du fast-food. La fin de semaine est le moment propice pour ce faire. Je me dis ça, car depuis vendredi, j’ai abusé des visites au dépanneur (aux frais de la carte de débit de ma mère) pour bouffer des cochonneries. Une visite par semaine serait-elle plus appropriée?

En résumé, je me suis améliorée dans mes démarches pour retrouver ma santé et perdre du poids, mais je suis conscient que je suis encore sujet à des abus. Et je sais aussi pertinemment que faire des exercices n’est pas naturel pour moi et que je dois y mettre les efforts pour devenir en santé…

Mes démarches de perte de poids et de préparation à l’anneau gastrique, semaines 1 et 2

Pour la première semaine de perte de poids (soit la semaine du 5 septembre dernier)  et ma préparation à recevoir un anneau gastrique (ça va aller au début de l’année 2012 si tout va bien), j’ai fait des progrès, à commencer par mon alimentation.

En effet, j’ai coupé dans le sucre (les biscuits, les barres de chocolat et le Pepsi) et la malbouffe et je compense en essayant de moins succomber à mes crises hyperphagiques: je me rabats sur des galettes de riz et les raisins. Pour le moment, je me réserve le week-end pour tricher, mais je veux pourvoir le faire juste une journée par semaine, comme le dimanche par exemple…

De plus, je me suis mis à la cuisine plus activement, et ce, en luttant constamment contre mon envie d’aller au plus facile, soit avoir recours à ma mère pour qu’elle me cuisine des petits plats ou bien me tourner vers les restos-minute et les aliments congelés. Je suis pas mal fier de moi pour la cuisine puisque ma mère me complimente beaucoup sur mes petits plats! Ça me dit donc que je vais continuer, mais non sans continuer à lutter contre mes envies de paresse alimentaire… Ce que je déplore toutefois est que j’ai tout le temps faim tard en soirée…Grrr!

Les premiers résultats ne se sont pas faits attendre: j’ai maigri de 5 livres en une semaine, passant ainsi de 343 lb à 338 lb en date du 9 septembre! J’ai hâte de voir ce que demain va me réserver quand je me pèserai à nouveau. Par contre, je suis un peu inquiet puisque je me suis laissé aller lors de la fin de semaine du 10 et 11 septembre… Mais advienne que pourra…

Me reste maintenant à marcher davantage et à intégrer de l’activité physique tous les jours. Pour le moment, je pratique le ninjutsu une fois par semaine et je m’apprête à commencer des sessions de danse aérobique tous les lundis à compter du 19 septembre prochain, et ce, pendant 13 semaines. Cependant, ce qui me limite dans la pratique de l’activité physique est mon incapacité psychologique à me mettre en action ainsi que mode de vie sédentaire (web, télévision, etc.).

Mais je ne dois certainement par lâcher dans l’acquisition de nouvelles et saines habitudes de vie: je dois constamment être appuyé dans mes démarches et, au besoin, me faire botter le cul! Néanmoins, je m’inquiète pour les nouvelles habitudes à prendre en vue de l’opération pour l’anneau gastrique…